Les Mille et Une Nuits

Pour une nuit orientale de folie avec la Rêveuse !!

Aux sources de l’orientalisme, dans le sillage de Scheherazade, Louise Moaty emprunte les routes tracées par Antoine Galland, antiquaire du roi Louis XIV et orientaliste érudit, et nous invite à une délicieuse veillée de contes en compagnie de l’ensemble de musique baroque La Rêveuse.

Jeudi 3 mai 2012 à 20h00

Auditorium Maurice Ravel
33 rue Gabriel Péri – Levallois (92)

Louise Moaty, comédienne et mise en scène
Bertrand Cuiller, recherches musicales

Ensemble la Rêveuse
Guillaume Cuiller, flûtes et hautbois
Florence Bolton, dessus et basse de viole
Bertrand Cuiller, clavecin
Benjamin Perrot, théorbe et guitare baroque

Réserver, ici.

La première édition des Mille et une nuits parut en 1704 en Occident. L’Europe découvre alors l’enchantement de ce recueil de contes, multiples corps d’un récit ouvert sur les merveilles de l’Orient. Entre traduction et écriture, Galland adapte, taille, recompose, faisant évoluer l’oeuvre à travers le prisme de sa propre culture. Transformant le sérail en un salon exotique et enchanté, il émaille ses descriptions de détails pittoresques. Pierreries, sofas ou sorbets deviennent autant de signes d’un Orient imaginaire et fantasque dont il se plaît à tracer les frontières.
Réédité plus de vingt fois en France pour le seul XVIIIe siècle, les Mille et une nuits se propagent à travers toute l’Europe et deviennent une source d’inspiration inépuisable. Littérature, musique et peinture tracent les chemins d’un exotisme romanesque.
À l’image des contes en abîme de la subtile Shéhérazade, qui se succèdent nuit après nuit, Louise Moaty propose ici un spectacle en trois épisodes dans la même soirée, composant une veillée pleine de surprises. En compagnie de quatre instrumentistes baroques de l’ensemble La Rêveuse, elle nous plonge dans les mystères fascinants de cette œuvre, qui inspira tant de compositeurs européens (Marin Marais, Rameau, Couperin, Lully…) et permit la transcription de nombreuses musiques orientales rapportées par des voyageurs. À la lumière des bougies, tandis que le bleu profond de la nuit envahit le ciel, la carte imaginaire d’un Orient rêvé par l’Occident s’esquisse peu à peu…